valerie bisch

Valérie Bisch

Née dans une famille d’industriels strasbourgeois, Valérie Bisch a su très jeune qu’elle aurait, un jour, sa propre entreprise, « à l’instar de mon père ». Quant au secteur dans lequel elle voulait s’épanouir, il s’est imposé à elle dès le collège : « En classe de 3e, j’ai réalisé un stage au Hilton de Strasbourg. C’est dans ce bel hôtel que j’ai pris conscience de ma vocation. Le bac en poche, Valérie intègre la prestigieuse EHL (Ecole hôtelière de Lausanne) à tout juste 18 ans. Diplômée à 21 ans, sa première expérience la hisse au rang de manager du McDonald’s des Champs-Elysées. Un an plus tard, elle intègre le Hilton Paris Suffren : son poste couvre alors la coordination des banquets et la vente externe. Curieuse de tout, elle veut apprendre, bouger, voir d’autres entreprises, se frotter à d’autres groupes.

 

Valérie Bisch : son début de carrière

Elle postule chez Four Seasons. Nous sommes en 1999 : le George V est sur le point de rouvrir ses portes à l’issue d’un ambitieux programme de rénovation. Valérie Bisch est embauchée à la vente externe et prend en charge le marché anglais. En 2002, elle est approchée par l’Hôtel de Crillon. Son profil convenait pour un poste de directrice commerciale et marketing. Elle accepte le challenge.  A son arrivée au Crillon elle aura très vite besoin de recruter un directeur des ventes. Elle réalise alors que sur la quinzaine de CV proposés, « aucun ne convenait au profil que je recherchais ». Du coup, elle en est convaincue : « Il y a des choses à réinventer dans le domaine du recrutement et des ressources humaines. »

La naissance de Tovalea

Alors que de 2004 à 2008, elle s’éloigne de l’hôtellerie pour endosser la panoplie de jeune maman de deux enfants, elle pose les bases du cabinet de recrutement idéal. Elle imagine une entité aux antipodes du bureau climatisé, aseptisé, déshumanisé et non responsable. Ce sera Tovalea, qu’elle créé en 2008. Avec un premier bureau en 2012 rue Bosquet, à deux pas de l’Ecole Militaire. Puis, en 2017, une nouvelle adresse, plus spacieuse, rue José-Maria de Heredia, aux abords de l’Unesco. Sa priorité générale : « Recevoir les candidats de façon informelle, dans un lieu aux allures de boutique ».

Chez Tovalea executive search, on ne convoque pas, on s’accorde sur une date et on se rencontre »
Pour Valérie Bisch, recruter au XXIe siècle, « c’est être encore plus attentif aux choix que nous faisons, car il est impensable et impossible de placer nos candidats chez des recruteurs peu scrupuleux ». Côté candidats, « les profils qui nous inspirent et retiennent mon attention sont les plus authentiques. Car il est difficile de placer ou d’intégrer des personnes qui ne tombent pas les masques ».

Sa définition du mot « ressource » : «Chaque personnes rencontrée dispose d’une ressource, voire de plusieurs – et toutes, à découvrir. »

Sa définition du mot « humain » : « L’humain est essentiel dans nos métiers et c’est aussi la dimension la plus négligée …  »


Retour à la page Qui-sommes-nous?
Contactez-nous


Pièce-jointe (JPG, PDF, DOC, max. 2Mb) :