Romain Petit

Romain Petit

ssu d’une famille de juristes « du côté de ma mère », il aurait dû être notaire. Par envie : « J’ai fait du Droit à la Catho de Lille. » Par goût : « Je me suis toujours intéressé à l’immobilier. » Sauf que Romain Petit a grandi dans l’atmosphère des brasseries. « Mon père en dirigeait deux à proximité de Lille. Adolescent, j’y prenais tous mes repas ». C’est aussi dans ces brasseries qu’il a appris à jouer au billard: une distraction puis une passion, Romain pratiquera cette activité à haut niveau pendant cinq ans.

La fibre entrepreneuriale s’est révélée durant sa licence en droit : « J’étais encore étudiant lorsque j’ai créé une société de recrutement ciblée sur les métiers de l’hôtellerie-restauration. » Sa licence en poche, il se forme lui-même aux subtilités du web, rédige un business plan, lève des fonds et lance sa plateforme de recrutement sur la toile. « Je vendais des CV à 7 euros l’unité. Le modèle n’était pas rentable. C’était une erreur de jeunesse », reconnaît-il. Il n’en demeure pas moins que sa démarche est repérée par la fondatrice de Tovalea. Valérie Bisch le rencontre et collabore avec lui en 2014 en tant que consultant. « D’emblée, j’avais une mauvaise image du cabinet de recrutement en règle générale, confie Romain Petit. Mais ça, c’était avant de rencontrer Valérie… »

La création de Tovalea Jobboard

Le duo va mettre sur pied la plateforme de recrutement Tovalea Jobboard et développer la visibilité du cabinet sur le web. Un travail de fourmi. Surtout que Romain Petit a… une double vie. Depuis 2016, il partage son temps entre Tovalea à Paris et la gérance du restaurant Solange à Lille, avec Christophe Pirotais, candidat Top Chef 2015, aux fourneaux. Quand il recrute pour son établissement, il ne demande jamais aux postulants leurs qualités, ni leurs défauts. « Je préfère les mettre au pied du mur, face à un cas pratique du type : vous organisez un repas chez vous, entre amis. Ils ont tous une heure de retard. Comment réagissez-vous ? » « Je suis en quête de naturel et d’humain, poursuit-il. Je cible des personnalités, des valeurs aussi, afin de créer une dynamique, une équipe soudée et limiter le turn over. Il faut se tourner vers les autres, pas l’inverse. »

Sa définition des mots « ressource » et « humain » : « Quand on appréhende bien l’humain, on crée de la ressource. »

 


Retour à la page Qui-sommes-nous?

Contact

Vous êtes intéressé(e) par notre expertise, nos services ou notre approche ?

Contactez notre cabinet